Chronique n°6 : Ainsi naissent les figuiers…

Le 5 septembre 1867, vers 8h30 du matin, Caterina Amoretti, sacristaine qui allait préparer l’office, trouva un émouvant présent devant les portes de l’Hospice de la Congrégation de la Charité d’Oneglia, ancienne ville indépendante devenue quartier d’Imperia (Province d’Imperia) de nos jours.

Allesandro Bianchi, Président de cette congrégation, accompagné de son secrétaire, Martino Berardi, fut appelé par cette dernière pour constater sa découverte.

Dans un petit panier, on trouva un nourrisson apeuré, loin des bras réconfortants de sa mère. On devine, derrière l’inventaire à la Prévert de sa layette, l’émotion tragique de l’instant où celle-ci dû se résoudre à l’abandonner.

Le petit être encore chétif était accompagné d’un chiffon blanc, d’un bandeau blanc, d’un mouchoir blanc et usé. Et parmi ces effets, on trouva également un bouquet de fleurs blanches…

Il fut prénommé Giulio Ficaia, patronyme qui en français signifie « figuier ». Avec sa femme, Lucia Rinaudo, originaire de Villar San Costanzo (Province de Cunéo), il émigra en France au début des années 1890. Devenus charretier et blanchisseuse, ils moururent trop jeunes, à Cannes (Alpes-Maritimes), à un an d’intervalle, aux âges de 51 et 45 ans…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s